Les troubles DYS

Les troubles « DYS(1) »

Les troubles DYS sont liés à l’atteinte d’une ou plusieurs fonctions cognitives (processus cérébraux par lesquels l’être humain reçoit de l’information, la traite, la manipule, la communique et s’en sert pour agir).

Ils sont nommés « troubles cognitifs spécifiques », car Ils touchent des personnes disposant d’une intelligence normale, voir supérieure à la normale, indemnes de toutes pathologies sensorielles ou psychiatrique, de lésion neurologique, de trouble du spectre autistique.

Les troubles « DYS » sont d’origine développementale, lié à un dysfonctionnement du développement du cerveau durant la grossesse. Ce sont des troubles neurodéveloppementaux qui ne sont pas imputables à un  manque d’apport éducatif, socio-culturel. Ils apparaissent au cours du développement de l’enfant, avant ou au cours des premiers apprentissages et peuvent persister à l’âge adulte.

On distingue les troubles spécifiques du développement:

du langage oral (dysphasie)

du langage écrit, communément appelés dyslexie et dysorthographie.

du geste et/ ou des fonctions visuo-spatiales (dyspraxie ou troubles de l’acquisition des coordinations)

des processus attentionnels et/ou des fonctions exécutives, communément appelés trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H).

des activités numériques ou dyscalculie

Les troubles « DYS » se répercutent de façon significative sur l’insertion scolaire, professionnelle et sociale et peuvent aussi avoir des conséquences psychologiques, affectives et comportementales. Les enfants atteints de troubles « DYS », porteurs d’un handicap invisible, sont souvent traités de «paresseux » ou « de bons à rien ». Ils souffrent et peuvent être atteints de troubles du comportement, de blocages ou d’inhibitions qui aggravent leurs difficultés d’apprentissages.

Par ailleurs, la difficulté, voire l’incapacité à automatiser une procédure, la lenteur, l’épuisement rapide, la fatigabilité sont des caractéristiques fréquemment observées et communes à l’ensemble de ces troubles. Si ces retentissements peuvent être identifiés pour chacun des troubles et cumulés dans la plupart des situations, ils ne sont néanmoins pas observés systématiquement.

Les troubles spécifiques d’apprentissage (« les DYS ») sont un véritable problème de santé publique car ils concernent autour de 5 % de la population scolaire et représenteraient environ un quart des enfants en échec scolaire.

Pourtant, une telle situation peut être évitée si les difficultés rencontrées par les enfants dès l’âge préscolaire sont identifiées et prises en charge précocement et de façon adaptée. Dans la vie quotidienne des enfants et adolescents, les conséquences de ces troubles sur l’insertion scolaire puis professionnelle peuvent en effet être prévenues ou atténuées par des prises en charge précoces adaptées, des mesures rééducatives appropriées, qui constituent un bon investissement pour le futur.

Le diagnostic du trouble « DYS » et d’éventuels troubles associés, l’évaluation de sa sévérité reposent sur une démarche diagnostique rigoureuse, graduée, pluridisciplinaire (médecins, psychologue, paramédicaux : orthophoniste, psychomotricien(ne), ergothérapeute, orthoptiste selon les troubles présentés), d’autant que les tableaux cliniques peuvent être extrêmement variés d’un enfant à l’autre, et, chez le même enfant, à des temps différents de son développement.

[1] Sources :

– “Les troubles d’apprentissage chez l’enfant, un problème de santé publique ?” Dossier coordonné par Laurence Vaivre-Douret et Anne Tursz. Revue ADSP n° 26, Mars 1999, p. 23-66,

– « Parcours de soins des enfants et adolescents présentant des troubles du langage et des apprentissages »  dossier de la CNNSE. 2013.

– Troubles DYS. Guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles spécifiques du langage, des praxies, de l’attention et des apprentissages. CNNSA, décembre 2014.